Blog Espace membres & réservation

Course SaintéLyon : nos tips pour une préparation top

30 . 11 . 19

Ce mythique raid nocturne rallie Saint-Etienne à Lyon à pied depuis 1951. Tous à nos starting blocks pour un départ à la frontale le 30 novembre dès 23h30 !

SaintéLyon : l’épreuve qui mixe trail et course sur 76 km
La plus vieille des courses d’ultra réunit pas moins de 17 000 runners et trailers chaque année. Le secret d’un tel succès ? Une formule unique qui mêle course sur route (35 % de bitume) et trail (65 % de sentiers)* au départ du Parc des expositions de Saint-Etienne et à destination de Lyon 7e. Le trajet, sillonnant à travers les campagnes alentours et les monts du Lyonnais, incarne un véritable challenge à expérimenter de nuit et ce, quelles que soient les conditions météorologiques. Prêt ? C’est parti pour un entraînement de choc !

Ce qu’il faut savoir pour déjouer les pièges de la SaintéLyon
Sur les 76 km que comporte la course, un dénivelé positif de 2 100 m et un dénivelé négatif de 2 450 m compliquent la donne. Ajoutons à cela  des conditions météo dignes d’un mois de décembre à minuit et un terrain parfois boueux et toujours accidenté pour se faire une idée de la difficulté de l’exercice. Enfin, de nuit, les reliefs se fondent dans la pénombre tandis que les pentes glissantes invitent les coureurs à la chute. Parce que courir dans les bois la nuit ne s’improvise pas, la SaintéLyon exige une préparation fitness digne de ce nom !

Séance d’entraînement n° 1 : mixer course et trail à la frontale
Rien de tel qu’une mise en situation réelle pour assurer le jour J. On prend donc son courage à deux mains et on se lance dans un footing ultra-matinal avant le lever du soleil ou après 18h00 l’hiver pour profiter d’un running by night des plus réalistes. Côté course, on mise sur l’alternance bitume/sentiers afin s’accoutumer aux changements de terrains et on privilégie les sols accidentés comportant du dénivelé pour jouer le réalisme.

Séance d’entraînement n° 2 : alterner les trainings côte & descente
Pour coller au plus près des conditions de la SaintéLyon, on n’hésite pas à jouer l’entraînement de type montagnes russes. Un jour en mode up, on gravit une côte pendant 2 à 3 minutes avant de jouer la récupération en descente. En parlant de descente, on n’oublie pas que la SaintéLyon affiche plus de 2 400 m de dénivelés. On chouchoute donc le mode tout schuss en pente en s’octroyant des séances de 2 à 3 minutes sur bitume pour commencer avant d’enchaîner sur des terrains plus accidentés.

Séance d’entraînement n° 3 : on mise sur la longueur
76 km à pied, ça use. Ce n’est pas pour autant que l’on va s’infliger un tel périple chaque semaine. Toutefois, afin d’affûter son endurance, on n’hésite pas à opter pour le running ou le trail de 2 à 3 heures. A faire en complément : s’entraîner en salle de sport à l’aide de concepts de type RPM™, Sprint™, step, Grit™ cardio.

Le point équipement spécial SaintéLyon
Si un bon entraînement trail et running constitue le nerf de la guerre, un équipement adapté peut résolument faire la différence. On pense donc à prendre avec soi des chaussures dotées d’une bonne accroche et capables de préserver les chevilles, un bonnet et des gants légers, une tenue chaude et respirante, un coupe vent pour les pauses, de quoi s’hydrater en courant et, indispensable pour courir en pleine nuit dans la nature, une lampe frontale ultra-puissante dotée d’une autonomie d’au moins 8 heures.

* Source : https://www.saintelyon.com

Crédit photo : Freepik – Textes : Skom.

Retour
Partager sur
Message envoyé
×
Quand souhaitez-vous être appelé ?